Du 13 au 25 novembre dernier, le Grand Palais a consacré une exposition au parfum « Miss Dior », proposant un voyage féerique dans l’univers du créateur. Son nom, inspire l’allure des femmes les plus glamour du monde par sa magie de l’élégance et du style, moderne mais intemporel à la fois. Ses influences culturelles et artistiques s’expriment tout au long de l’exposition puis des artistes féminines rendent hommage au parfum. Mesdames, Messieurs, n’ayant pas pu voir cette rétrospective, je vous offre cette chance de découvrir le créateur en lisant ce billet.

L’exposition se décline en cinq thèmes pour cette visite : Dior et ses amis artistes, Granville et Milly la Foret : lieux où les jardins deviennent une inspiration au créateur, 1947 : l’année de création de Miss Dior, le 30 avenue Montaigne : un lieu d’effervescence de la maison Dior et l’histoire du flacon de parfum.

Le premier thème, Christian Dior et ses amis évoquent la peinture, la musique et la photographie, des domaines caractérisant son réseau d’amis. En 1928, il s’associe avec Jacques Bonjean et Pierre Colle pour ouvrir sa première galerie. Le Grand Palais utilise ce concept  pour exposer des toiles de Salvador Dali, Man Bay, Max Ernst, Pablo Picasso et Alberto Giacometti. Son amour de la musique est montré par des exemplaires de partitions d’ Henri Saguet provenant de la valse Dior en 1947. L’espace montre le côté antiquaire du créateur avec une revue des Beaux arts datant de 1951, un carton d’invitation de l’exposition Salvador Dali en 1932 et l’affiche de l’exposition de Christian Bérard (illustrateur) en aquarelle. Puis des clichés de Loomis Dean et Willy Maywald (photographes), Marc Chagall (peintre) et André Deltau (dessin). Ses amis artistes lui rendent hommage par des croquis de presse en noir et blanc (Dali, Gruau, Matisse et Braque). De cet ensemble, une sorte d’essence artistique va naître pour Dior. Les roses de son jardin et l’ambiance de Granville, où se situe la maison de son enfance sont devenues des sources d’inspiration.

Les influences de Granville et Milly La Foret s’ajustent à sa fascination des jardins, dont le premier était celui de son enfance en Normandie. Dior est l’un des couturiers, mettant en valeur l’expression des fleurs, apparues en imprimées ou en broderies sur ses robes. Des photographies d’enfance et de famille jonchent sur un mur vitré tel un album photos. La maison familiale est conçue à l’anglaise par Madeleine Dior, la mère du coutumier, son jardin demeure l’un des rares « jardins d’artistes » du début du XXe siècle encore conservés. Dès 1948, Christian Dior crée alors un jardin dans sa résidence de Milly la Foret, où il réside à chaque fin de semaine.

Le thème de l’année 1947 montre les différents épisodes de la confection du premier parfum Dior, l’origine du nom et son lancement. Durant quatre ans, des travaux et des recherches sont effectués par Serge Heftler-Louiche et Dior pour trouver le meilleur élixir. Comme il l’explique : « Pour qu’un parfum tienne, il faut d’abord qu’il ait tenu longtemps au cœur de ceux qui l’ont crée ». Le nom quant à lui rappelle celui de Catherine, la sœur de Christian Dior, engagée dans la Résistance en 1941 et arrêtée par la Gestapo puis déportée dans le dernier train pour Ravensbruck, d’où elle est miraculeusement revenue en mai 1945. Miss Dior, célèbre sa sœur aimée par son image, l’amour de toutes les femmes, l’esprit d’une renaissance dont Paris serait la capitale. Lors de son lancement le 12 février 1947, le jour du premier défilé, et du lancement du New Look. Le parfum est vaporisé dans les salons du 30 avenue Montaigne, un défilé devenant une fête avec un décor entouré de gaieté et de fantaisie. L’atmosphère du défilé est illustrée par des photos de Pat English, un carton d’invitation pour la présentation de Miss Dior et d’autres.

Le 30 avenue Montaigne est le lieu d’effervescence de la maison Dior, les muses de Dior habitent ce lieu par leur élégance et leur présence. Des clichés de Mitzah Bricard sont présentés, c’est la responsable des chapeaux, sa dextérité et son allure chic en fait l’un des personnages les plus importants de l’esprit Dior. D’autres photographies de modèles inondent l’espace comme l’exemple de Renée, selon les mots de Dior : « elle représente le mieux mon idéal ». Une homogénéité compose les lieux : une blonde fraîche et piquante à la stature antique, une brune ou une rousse, des critères de beautés opposés mais chacune a un point commun, porter Miss Dior avec passion. Lors du lancement, de nombreuses stars dont certaines deviendront les ambassadrices de la marque comme Olivia de Habillaud et Rita Hayworth. Dior et les stars sont intrinsèquement liés, de Marlene Dietrich à Ava Gardner, elles deviennent des clientes et des amies du couturier. Miss Dior est une alchimie entre le rêve et le charme dégagés par les stars du monde entier, de Liz Taylor, Grace Kelly, Lady Diana et récemment Nathalie Portman.

Le dernier thème, l’histoire du flacon donne la définition même du parfum selon les dits de Dior : « C‘est un parfum qui ressemble à l’amour, espiègle et lumineux ». Pour les apprentis chimistes, la composition du parfum est révélée, un chypre vert, à la composition complexe : brassés de néroli de Tunisie, des roses turques et bulgares, de patchouli d’Indonésie. Une véritable révolution prenant vie et densité pour la personne portant le parfum. Tous les codes de la maison Dior se retrouvent alors dans cet objet géométrique, à la coupe aussi précise qu’un tailleur couture. Gravé d’un motif pied de poule cher au couturier, il est orné d’un petit nœud de satin que l’on retrouve aujourd’hui dans sa version contemporaine en métal argenté, immuable et précieux.

Tout au long du parcours, des artistes féminines contemporaines ont exposé des pièces inédites : une installation sculpture, des vidéos ou des photographies s’inspirant des codes intemporels du parfum « Miss Dior ». Les oeuvres montrent cette influence sous divers angles.

Conclusion

La magie de cette exposition est d’avoir fait partager l’univers de Miss Dior afin de mieux comprendre l’engouement depuis des années de ce cher flacon. Les  influences artistiques, culturelles et historiques sont montrées dans l’enceinte du Grand Palais, un espace aéré montrant l’inspiration de Christian Dior : un amour de la mode et des femmes. Il devient l’un des meilleurs ambassadeurs durant la visite. Les pièces des artistes contemporaines sont un très bel hommage au couturier. Une exposition qui permet d’entrer dans le monde de  Dior.

3 commentaires

  1. Ca avait l’air d’une expo très visuelle…cela semble très aéré et « digeste » pour ceux qui n’aime pas les expos! j’espère au moins que les sensations olfactives étaient au RDV. Un brin de parfum dans l’air aurait été le minimum selon moi pour que la boucle soit bouclée;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s