Du 7 au 24 janvier 2014, la mairie du 13ème arrondissement honore la musique rock autour d’une exposition intitulée « Bowie et Friends ». Pour la première fois en France, elle réunit 75 photographies parisiennes et provinciales des plus grandes stars de l’histoire de la pop rock. De Lou Reed, Sting, Eric Clapton, Mike Jagger à Keith Richards passés sous l’objectif de Philippe Auliac alias le « Paparazzo du rock ». Montez les watts, la lecture risque d’être électrique.

Natif de Corrèze, Philippe Auliac a débuté sa carrière de photographe en 1976 aux côtés de David Bowie et Iggy Pop, il devient rapidement le paparazzi du rock en devenant l’observateur privilégié de tous les évènements de la scène internationale en visite à Paris.

Bâtiment conçu par l’architecte Paul Emile Bonnet au 19ème siècle, le visiteur découvre le travail du photographe dans un cadre original et historique, ouvrant ses portes à des photos placardées sur des murs ou des portes coulissantes. L’estivant traverse une salle où des artistes rock se croisent sur scène, en séance d’enregistrement ou en privé.

L’exposition aborde quatre sujets à titre indicatif pour mieux suivre la lecture : les tournées parisiennes et provinciales, les émissions de télévision, les conférences de presse, la détente et l’intime sur la capitale.

Les tournées parisiennes et provinciales présentent des clichés d’artistes en concert durant l’âge d’or du rock en France entre 1970 et 1980.

Le Pavillon de Paris a accueilli des artistes tels que Alice Cooper en 1976, les Pink Floyd en 1977 et Elton John en 1983 et des lives enregistrés (Rolling Stones, Genesis et Queen). Le Palais des Sports construit en 1960 a offert des manifestations variées et des concerts avec la venue de Lou Reed en 1978. De même, le Parc de Sceaux a salué le projet  » un concert dans le Parc » en réunissant Bob Dylan, Van Morisson, et Santana en 1984.

Des grands noms se produisent dans les années 1972-1978 au Palais des Glaces, une salle transformée en music hall et concert, l’artiste Wayne County monte sur cette scène en 1978. Dès 1988, Le Palais devient l’enceinte du one man show. De plus, le temple du cinéma, le Grand Rex ouvre sa programmation à des festivals et concerts, Cherry Vanilla s’y produit en 1979.

Le Zenith ouvert en 1981 par le ministère de la Culture, sous l’égide de Jack Lang, entrebâille ses portes au rock et, plus largement, aux musiques populaires. Sting et Eric Clapton sont hébergés dans ses antres pour des performances. Dans les années 80, la Cigale reçoit des artistes influents de leur temps, Ian Hunter et Mick Ronson, membre du groupe Mott the Hoople se retrouvent sur cette scène en 1990.

En globe-trotter inconditionnel, le photographe montre les escapades provinciales de Willy Deville à Besançon en 1987, le voyage de Lou Reed à Toulouse en 1989 et le concert de Marianne Faithfull à l’Espace Malraux (Tours) en 2011.

Les émissions de télévision exposent des diapositives de la chaine Antenne 2 pour laquelle des émissions ont rendu un vif hommage à la musique. En 1982, les enfants du rock crée par Pierre Lescure est une émission où régnait un esprit jeune et rock, le cliché d’Eric Burdon (The Animals et War) prit en 1984, nous fait revivre cette période. Le photographe poursuit cette nostalgie avec deux émissions présentées par l’infatigable Michel Drucker,le rendez-vous du Dimanche avec David Bowie en 1978 et Champs Elysées avec Tina Turner en 1988. Deux clichés complètent le sujet par l’arrivée de Paul et Linda Mc Cartney en 1992 à la maison de l’ORTF pour des répétitions avant l’émission.

Les conférences de presse honorent des anciens membres des Beatles, Ringo Starr en 1977 et Georges Harrison sur le plateau de Jean Bernard Hebey à RTL en 1979. Soit lors de la venue de Yoko Ono, veuve de John Lennon pour une interview à l’Hôtel Royal Marceau. Ensuite des diapositives de Nina Hagen en 1982 et Frank Zappa en 1980 à l’hôtel des Beaux Arts ou Serge Gainsbourg lors d’une interview.

La détente et l’intime s’exposent dans les lieux les plus prisés de la capitale, certains s’adonnent à une vie de rock star. Mick Jagger en soirée avec Chris Blackwell, fondateur du label Island Records et producteur de Bob Marley au Palace en 1982, Keith Richards avec son fils au George V en 1978 et Rod Stewart à l’hôtel Ritz à Paris en 1982. Aussi bien des moments simples  avec Elton Jones faisant du shopping à la rue Saint Sulpice en 1981 ou lors d’une séance photo de Pete Best, premier batteur des Beatles.

Pour poursuivre la visite, je me suis rendu dans la salle des fêtes où règne une atmosphère classique et historique mélangée avec le contemporain. Des posters géants décorent les murs de la salle, un lieu pour lequel l’effervescence rock va poursuivre sa diffusion jusqu’au 24 janvier. Le concert d’Elliot Murphy a été salué le 14 janvier dernier, il sort un premier album « Aquashow » en 1973, il est décrit par les médias comme étant un savant mélange de Bob Dylan et de Lou Reed. C’est un ami de longue date de David Bowie, Lou Reed et  Bruce Springsteen pour lequel il a partagé des performances sur scène. Successivement, deux projections sont prévues dans l’espace, le documentaire musical « Ziggy Stardust &The Spiders From Mars » de 1973 sur la retraite anticipée du personnage crée par David Bowie lequel  je n’ai pas pu assister. La seconde est celle de  « Lou Reed’s Berlin », filmé par Julian Schnabel, sera diffusée le vendredi 24 janvier 2014.

Conclusion

Durant le second semestre 2013, des rétrospectives sur les artistes rock ont fleuri dans la capitale. En novembre dernier, la Galerie Photo 12 accueille l’exposition «  il y a 50 ans, les Beatles à Paris » jusqu’au 14 février 2014. Un mois de décembre sous le signe de Jim Morisson à la galerie Blumann et le Centre Musical Barbara. Dernièrement, les Rolling Stones s’affichaient à la galerie Nikki Diana Marquard jusqu’au 12 janvier 2014. La mairie du 13ème arrondissement offre un cadre original, historique et respire la musique rock tout au long du voyage photographique.Les clichés sont des archives pour le visiteur, époque pour laquelle certains auraient aimé participer ou vibrer dans les salles parisiennes devenues mythiques.Auliac partage les moments d’intimité avec les artistes côtoyés pour le plaisir du visiteur. »Bowie and Friends » par Philippe Auliac honorent le métier de photographe et les artistes qu’ils photographient. L’exposition se poursuit jusqu’au 24 janvier 2014, profitez en si vous êtes dans les alentours.

>> En bonus, quelques clichés de l’exposition consacrée à Jim Morisson au centre Musical Barbara pour laquelle j’ai pu m’y rendre le mois dernier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s