Le talent musical de Jared Evan est impressionnant, âgé de 23 ans, le natif de New York est un véritable touche à tout, chante, rappe, joue de la batterie et produit des chansons originales, attirant l’attention de certains magnats de l’industrie musicale comme Diddy. En novembre 2013, il sort son deuxième EP intitulé « Pieces », un savant mélange de plusieurs styles musicaux pour lesquels, on ne reste pas insensible.

D’une major à un label indépendant

En juin 2009, le label Bad Boys Records (Diddy) lui propose un contrat mais décide de signer avec le label Interscope/Zone 4 sous l’empreinte de Polow Da Don (Ludacris, R Kelly et Wil.i.am) dont les incessantes tentatives de contrôle sur le produit artistique d’Evan va provoquer son départ prématurée. Une aubaine pour l’artiste qui reprend la route de l’indépendant. Après avoir sorti deux mixtapes (Uncovered, Back and Fourth) et un EP (The Fourth Quarter), il sort en février 2013 « Boom Bap and Blues », une collaboration aux sonorités soul avec le producteur Statik Selektah, un projet qui a reçu de nombreuses critiques élogieuses.

La crème des producteurs de la côte est

Pour son deuxième EP, l’artiste recrute les producteurs en vus de l’Est américain. IllFactor passe ses journées à travailler aux côtés de la légende de la production Jimmy Douglas, crédité pour apporter un son funk dans la musique rock (Foreigner, The Rolling Stones). De son vrai nom, Ivan Corraliza a également travaillé avec les artistes les plus cotés de la musique moderne, allant de Timbaland, Nelly Furtado, Justin Timberlake et dernièrement sur l’album solo de la protégée d’Eminem Skylar Grey en 2013. Quand à Illmind, il a produit des artistes underground comme Little Brother, Boot Camp Clik, Akrobatik. Signé sous le label Sha Money XL, il élargit son univers en produisant des artistes commerciaux comme Eminem, 50 cent, LL Cool J et Redman. The Arcitype est un producteur basé à Boston, spécialisé dans la production urbaine et pop, il a travaillé avec de nombreux artistes les plus ingénieux du hip hop passant d’Action Bronson, Chiddy Bang, Planet Asia et Vinnie Paz. Des producteurs qui savent mettre en valeur le style polyvalent de l’artiste par son ton et sa voix singulière.

Une polyvalence et une vision artistique

Une pochette d’album qui ressemble à un patchwork, le nom de l’EP «  Pieces » illustre une image à reconstituer, une exploration musicale sous le signe de l’amour, la nostalgie et le hip hop. Le producteur Illmind fournit une production pop dans le fonctionnement des deux premières chansons. Des tempos très mélodiques pour créer des nuances musicales mélangeant le rock alternatif, le rnb et le hip hop. Le piano et les tonalités colorent les pistes, riche en ligne de battements (batterie) et de violon lors des refrains qui rappellent Miri Ben Ari ( Kanye West, Jay-Z et Twista), une violoniste israélienne. L’artiste alterne les versets chantés et rappés avec une aisance. Il évoque l’insouciance en amour dans la première chanson sous le nom de Sloane, clin d’oeil à l’un des personnages du film « La folle journée de Ferris Bueller » avec Matthew Broderick. Le second est une réflexion sur le cours de sa carrière par son passage dans une major et son retour dans un label indépendant. Ainsi que la confiance accordée à ses proches depuis le début de sa carrière. Les titres donnent une certaine saveur en mélangeant les lignes de genres et montre le talent de Jared Evan.

Le disque se poursuit avec un morceau évoquant ses souvenirs d’enfance. La piste s’accompagne d’un bruit sonore provenant d’un video projecteur, un hochement de tête se produit en écoutant la boucle de batterie devenant additif pour l’auditeur et le sample de la chanson de Pete Rock et Cl Smooth « Remisce Over You » à la fin de l’enregistrement. Ce mélange de hip hop, rnb et de pop dans une même piste peut paraitre désordonné mais devient une chanson équilibrée. La recette de cette production se trouve dans un tempo rythmé et une mélodie en adéquation avec la voix du chanteur. En écoutant la suite de l’EP, on s’aperçoit que l’artiste est un amateur de cinéma, il combine les deux arts. Il introduit des dialogues en début de piste, une idée très ingénieuse, l’auditeur se passionne à reconnaître les passages utilisés sur les morceaux. La première référence est celle de Forrest Gump avec le personnage de Jenny. Evan adapte son histoire en conte moderne, une femme grandissant avec un père alcoolique, provoquant une incidence sur sa vie. Un paysage sonore utilisant des battements, des riffs de basse mélangés aux questionnements du personnage de Jenny Curran. Une voix optimiste posée dans une ambiance mélancolique.

La seconde fait référence au film de Christopher Nolan « Inception » en introduction de la chanson en disant ceci :

Dreams, they feel real while we’re in them, right? It’s only when we wake up that we realize something was actually strange »

Rêves, ils se sentent réels alors que nous sommes en eux, non ? C’est seulement quand nous nous réveillons que nous nous rendons compte que c’est une réalité étrange »

L’artiste s’interroge comme le personnage de Cobbs (Leonardo Di Caprio) sur la relation entre l’homme et le rêve. Et si les rêves nous parlaient inconsciemment ? Chose pour laquelle, chacun de nous s’est déjà interrogé une fois dans sa vie. Les producteurs fournissent une ligne de piano qui accompagnent les versets du chanteur dans une ambiance atmosphérique avec des échos.

Un interlude s’insère avant la fin de l’album. Un synthétiseur entraînant, une voix lisse empruntée à un vieux bluesman. Au premier abord, un hymne dédié à la console de Nintendo mais utilisé par l’artiste avec subtilité sous forme de métaphore, une belle prouesse lyricale. En voici l’extrait :

What ya gonna do?

Qu’es-ce qu’il y a faire ?

What ya gonna do when the game is over?

Que faut -il faire quand le jeu est terminé ?

Super Nintendo, yeah

Super Nintendo, oui

But you ain’t on my level, aye

Mais vous n’est pas sur mon niveau, oui

I know it’s too late

Je sais que c’est trop tard

But I can’t stay here

Mais je ne peux pas rester ici

You keep changing the cross

Vous continuez à changer la croix

And it’s making me noxious

Et elle me rend nocive

I’m just a target every time we play

Je suis juste une cible chaque fois qu’on joue

Le dernier titre invite l’un des membres du groupe « Chiddy Gang », un passage honorable qui colle à l’ambiance de la chanson. Des touches de piano, une présence vocale déformée par moment. La chanson évoque les non diplômés qui peuvent être en mesure d’atteindre leurs rêves malgré les tracas de la vie. En cinéphile, il introduit un dialogue du film « Accepted » avec Justin Long. Puis une longue série de chants se joint à une ligne de basse accompagnée de notes de piano comme pour conclure un concert.

Conclusion

Certains artistes baignent entre le hip hop, la pop et le rock n roll mais sont contraints de s’engager dans une seule direction, Jared Evans opte pour l’inverse, il aime expérimenter les styles musicaux.Un EP construit avec une saveur de hip hop, une touche soul et une influence pop rock. Un artiste complet touchant à diverses sensibilités pour l’auditeur. De là s’ajoute, des productions soignées,des versets mélodieux, des harmonies, des rythmes et une poésie lyrique recherchée. Pour ma part, j’ai découvert l’artiste en 2012, son premier EP offrait déjà une satisfaction artistique à la hauteur de son talent. Les labels indépendants réservent des artistes talentueux, un bel exemple dans cet environnement musical.

>> Pour découvrir le travail de l’artiste, un lien pour télécharger gratuitement et légalement les mixtapes et les EP

http://www.djbooth.net/index/artists/albums-mixtapes/jared-evan

Le clip « Sloane »

Le clip « Proud »

Le clip « If Dreams Could Talk »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s