Débutant sa carrière aux côtés du groupe The Roots ou encore Saul Williams, Cody ChesnuTT avait sorti un premier album très réussi (The Headphone Mastepiece) en 2008. Puis pendant presque dix ans, l’artiste a disparu du monde musical. En 2013, son deuxième album intitulé «Landing On A Hundred» est un opus rempli de conviction rappelant vaguement les travaux de Marvin Gaye et d’autres noms de la soul.

Durant la soirée du vendredi 4 avril 2014, la maison Daniel Ferry située à Nanterre a accueilli l’artiste pour une performance soignée, sensuelle et chaleureuse dans le cadre du Festival Chorus. Retour sur ce vendredi endiablé où la salle a su recevoir ce chanteur unique, débordant d’une générosité.

Les musiciens ont eu l’honneur d’occuper la salle au cours des premières mesures du concert: battements de batterie, riffs de basse et synthétiseur déroulaient le premier titre. Sous cette ambiance, Cody ChesnuTT se faisait attendre. L’enceinte s’impatientait et cela a marché : l’artiste arrivait devant son assistance, la salle devenait fiévreuse sous les encouragements, il prononçait : «Nanterre, ça va?», les mains et les pieds étaient en cadence sur le premier titre «That’s still Mama».

Son style était unique : un casque verdâtre, un gilet rouge et un tee-shirt avec une mosaique de cassette audio. Il faisait vivre sa chanson en s’aidant de sa seule identité musicale et vocale : l’homme casqué dessinait une ambiance. Il temporisait son titre pour le plaisir du spectateur. Nanterre devenait une assemblée musicale où la soul revivait ses heures de gloire dans une ambiance années 60 ! L’artiste jouait, s’amusait et motivait le spectateur à être en cadence avec lui.

L’effervescence était présente : la suite des titres «Till I Meet Time» et «Everybody Brother» procuraient une vague d’enthousiasme dans la foule, le public vivait le concert avec l’artiste. L’auditoire était invité à une messe musicale : les spectateurs se sont laissés porter quand il lançait le refrain « Turn in Back, Turn in Back » du morceau Everybody’s Brother.

Pour la suite du programme, on repartait de plus belle avec la chanson «Under The Spell», il entraînait le public avec lui. Le batteur électrisait l’atmosphère accompagnée des deux bassistes et du synthétiseur.

«What Kind Of Cool ?» lançait des claquements de doigts que le public reproduisait à son tour. Les musiciens se baignaient de cette ambiance jazzy pour faire perdurer le morceau. L’artiste étirait sa chanson initiale pour en donner une version live travaillée. Le public participait à nouveau en chantant le refrain avec l’artiste, un pur moment.

«Weeding Day» était une ballade mélodieuse, il s’accompagnait du synthétiseur et des quelques riffs de basse. Le chanteur dialoguait avec son public en évoquant ses années de mariage puis les interrogeaient sur leurs expériences, une belle interaction. Ensuite, l’artiste relançait son titre avec le refrain, le public le reprenait à son tour dans cette brise d’amour.

«Where Is As The Money Going» commençait par des claps de mains lancés par l’artiste qui encourageait le public à le suivre.  Ensuite Cody ChesnuTT s’escortait de quelques riffs de basse puis le morceau s’exécutait dans son exploration live. Une alternance entre le chant et l’orchestration était présente dans le titre, l’artiste gérait le tout d’une main de maître accompagné de ses musiciens.

«Don’t Wanna Go» concluait le set sur les chapeaux de roue, l’ambiance était électrique. La batterie, les bassistes et le synthétiseur étaient en feu pour le plaisir de la salle, l’artiste récidivait avec les claquements de main, le public suivait l’artiste. Il profitait pour descendre dans la fosse pour saluer les spectateurs et remontait pour présenter les musiciens. Puis sous les applaudissements vigoureux, il remercia à nouveau l’assemblée.

Sous un engouement poussif, le public réclamait l’artiste en scandant son nom. Il revenait le sourire aux lèvres avec ses musiciens.

L’artiste se lança dans trois rappels, «Chips Down» dégageait une certaine tranquillité. «I’ve Been Life» regonflait le public à bloc. Guitare à la main, il lançait les premiers riffs, l’assemblée puisait alors dans ce qui lui restait d’énergie pour l’a donnait à l’artiste, le résultat était gratifiant. La fusion entre l’artiste et le public était au rendez-vous pour cette fin de soirée. Le dernier titre «Thank You» remerciait les spectateurs dans une ambiance intimiste, un final qui se terminait dans la quiétude pour une soirée amplement réussie.

Conclusion

Dès le début du concert, l’artiste a su créer un lien magnétique avec son public. Le set proposait une aptitude particulière avec des musiciens brillants au même titre que l’artiste. La salle Daniel Fery a su gérer comme il se doit la mise en scène durant l’intégralité du spectacle : la fumée, la lumière et le son étaient propres. La soirée fut très plaisante dans cette enceinte musicale où le public était un fin connaisseur de musique.

Suivre l’actualité de l’artiste

http://www.cchesnutt.com/

Le clip « Til I Mee Thee »

Le clip « I’ve Been Life »

Le clip « Love Is More Than A Weeding Day »

Le clip du groupe The Roots feat Cody ChesnuTT  sur le titre  » The Seed 2.0″

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s