Situé entre la place de la République et la Gare de l’Est dans le 10ème arrondissement, l’Espace Japon est une passerelle entre la France et le pays du Soleil Levant. Du 3 au 14 juin 2014, l’enceinte accueille une exposition de 60 celluloïds de dessins animés japonais. Des œuvres exposées du Studio Ghibli : Le Château dans le ciel, Mon voisin Totoro et des travaux de productions d’autres studios connus comme Toei Animation (Dragon Ball Z, Alabator) et Tezuka Productions (Astroboy, Albator, le roi Léo).

Le cadre propose une bibliothèque bilingue, un espace d’exposition, des cours de langues et des activités culturelles. L’espace d’exposition met en avant des artistes et artisans japonais résidant au Japon ou en France, et des artistes européens ayant effectué un travail autour du Japon.

Le celluloïd est une feuille de plastique transparente sur laquelle on peint à la main, les différents éléments d’un dessin animé. Ce procédé permet de superposer plusieurs feuilles et créer des scènes sans tout redessiner.

En ouverture, l’Espace Japon célèbre le mangaka le plus réputé du Japon : Osamu Tezuka. L’hôte entrevoit les œuvres les plus connus de l’artiste avec Astro Boy (première série d’animation japonaise) et le Roi Léo (première série animée en couleurs du Japon). Initiateur dans de nombreux genres, l’exposition revient sur les mangas : Princesse Saphir le premier véritable shojo manga (destinée aux filles), Black Jack où l’auteur pose ouvertement la question de la vie et de la mort, s’inspirant de ses expériences d’étudiant en médecine et Merveilleuse Melmo (1971), l’un des premiers magical girl, désignant toutes les filles ayant des pouvoirs magiques.

Puis l’univers de Shigeru Mizuki (Kitaro le Repoussant) et Fujiko Fujio ( Doraemon) sont mis en avant. Kitaro le Repoussant raconte l’histoire d’un petit mort vivant et ultime survivant de son espèce, qui va affronter nombre démons et fantômes pour protéger l’humanité. Tandis que Doraemon évoque un chat-robot du même nom, voyageant dans le temps afin d’aider un jeune garçon nommé Nobita Nobi.

Par la suite, l’exposition revient sur les studios d’animations les plus connus du Japon : le studio Ghibli et Toei Animation Compagny.

Créés par Hayao Miyazaki et Isao Takahata, et par la compagnie de Tokuma Shoten en 1985. Le visiteur découvre une grande partie de la filmographie du studio : Mon Voisin Totoro, Nausicaa de la Vallée du Vent, le Château dans le Ciel, Princesse Mononoké et Porco Rosso. L’enceinte profite pour rendre un bel hommage à Yoshifumi Kondo, le réalisateur du film « Si tu tends l’oreille » sorti en 1995 avec un unique celluloïd. Pressenti comme étant le successeur de Hayao Miyazaki, mais décède trois ans plus tard d’une rupture d’anévrisme.

Le lieu propose un beau panorama de celluloïds du studio Toei Animation Compagny, spécialisé dans la production de films et des séries d’animations japonaises.

En commençant par la franchise d’Akira Toriyama et produite par le studio : la série Dragon Ball Z, digne successeur de Dragon Ball.

 Sailor Moonune série reprenant les aventures d’Usagi Tsukino, une adolescente qui est en réalité le personnage titre, une héroïne aux pouvoirs magiques, conçue par Naoko Takeushi en 1992. L’univers de Masami Kuramada complète cette galaxie manga avec Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque). Une série télévisée centralisée sur le personnage Athéna (déesse de la guerre), défendant la paix dans le monde et revient sur terre pour protéger les humains des attaques des différents dieux qui ont une soif de contrôler le monde. Non adepte à la violence, la déesse se voit protégée par une caste de chevaliers (d’or,d’argent et de bronze) et se réunissent autour d’un Sanctuaire, celui d’Athéna.

Grands noms de l’animation avec Osamu Tezuka et Hayao Miyazaki, deux grands hommes s’ajoutent à la longue liste de l’Espace Japon : Go Nagai (Mazinger, Cutey Honey, Devil Man) et Leiji Matsumoto (Albator, La reine du fond des temps), la visite se poursuit avec les celluloïds des dessins animés les plus renommés des auteurs.

Inaugurée en 1972, la série Mazinger est la première à mettre en scène des robots géants pilotés de l’intérieur, une série très populaire dans les années 70. Great Mazinger est la suite immédiate de Mazinger, l’animé comptait 56 épisodes et fut diffusé au Japon en 1975. Produite en 2001, Mazinkaiser est une série de sept épisodes sous forme d’hommage aux deux animés.

Créée en 1973, Cutey Honey est une héroïne androïde composée d’un condensateur d’éléments atmosphériques lui permettant de se transformer en différentes personnes (journaliste, pilote, hôtesse de l’air). Dès lors, elle mettra tout son charme au service de l’anéantissement de l’organisation mafieuse Panthéra. Elaborée en 1972, la série Devil Man est un récit sombre et gothique, il met en scène un personnage mi-démon mi-humain.

Personnage de fiction, Albator est le héros le plus emblématique de l’univers de Leiji Matsumoto. La trame de la série se déroule dans l’espace, où une nouvelle attaque menace la Terre.

Quant à la Reine du fond des temps, la série est diffusée dans les années 80 au Japon. L’intrigue se situe le 9 septembre 1999, à 9 heures 9 minutes et 9 secondes, la Terre va être percutée par une autre planète, qui ne passe que tous les 100 ans, et sera détruite. Le héros Édouard est aidé par son amie Opale pour tenter d’empêcher ce cataclysme. Il s’avère que son amie est une reine d’une autre galaxie, dont le peuple se trouve justement sur la planète en question (Loumetal) qui va percuter la Terre.

Pour accompagner la visite, deux coupoles en verres recouvrent les travaux des dessins animés : Sailor Moon, Galaxy Express, Spriggan, La reine du fond des temps, Kiki la Sorcière et Nausicaa de la Vallée du Vent.

De plus, l’espace enrichit l’univers du manga en proposant au visiteur, un panel impressionnant de celluloïds de dessins animés datant des années 60 à 90 allant de Sazae-San, Lupin III, Anpanman, Paul le Pêcheur, Ashita no Joe, Shin-Chan, Tensai Bakabon, Pokémon et d’autres à découvrir.

Conclusion

L’espace Japon nous propose un retour immédiat vers l’insouciance. Les celluloïds dégagent le charme, l’admiration, la minutie et la finesse auprès du visiteur. Elles permettent une réelle découverte même pour les amateurs de mangas car de nombreux travaux restent inédits pour l’hôte. L’exposition est gratuite et se poursuit jusqu’au 14 juin 2014, une belle opportunité de redécouvrir les dessins animés qui ont bercé notre chère et tendre enfance.

Exposition de Celluloids de dessins animés japonais populaires

Jusqu’au 14 juin

Espace Japon

12, rue de Nancy

75010 Paris

Mardi-Vendredi de 13h à 19H

Samedi de 13h à 18H

Entrée Libre

www.espacejapon.com

7 commentaires

    1. Bonjour à vous

      Merci infiniment pour votre commentaire.

      Concernant les prix des celluloïds, ils avoisinaient la somme de 143 euros pour le moins cher et le plus cher 1400 euros si mes souvenirs sont bons.

      Si vous êtes intéressé par un des celluloïds, vous pouvez contacter l’Espace Japon à cette adresse : infos@espacejapon.com

      En espérant que cela vous satisfait 🙂

      1. Je vous remercie pour l information. En effet je collectionne les cellulos.
        Cest bien dommage que l expo se termine demain car avec les greves de train je nai pas pu me rendre sur Paris.
        Merci beacoup pour l adresse mail !!!

        Bonne continuation

      2. Avec plaisir pour la réponse, merci pour vos encouragements 🙂

        Vraiment dommage que vous loupez cet événement. C’est fort possible que l’Espace organise des expos du même type tout au long de l’année.

        Si vous avez le temps, une exposition sur le travail d’ Naohisa Inoue sera organisée du 17 juin au 28 juin 2014 ainsi que le vernissage le 17 en présence de l’artiste à l’Espace Japon.

  1. Belle exposition mais les prix sont excessifs. Je vends moi même des celluloïds et dessins de production de nombreux dessins animés (Dragon Ball, Saint Seiya, Sailor Moon, Cobra, City Hunter, Spirit Hero Wataru…) sur le site de ma galerie d’art, la KOCHI Gallery. A des prix plus abordables.

    Je vous invite à visiter la page Anime Art sur http://www.kochigallery.com/#!comics-japan/c1r18 et à suivre nos aventures sur http://www.facebook.com/kochigallery.

    Merci à tous,
    Emmanuel

    1. Bonjour Emmanuel

      Il y a quelques jours je suis passé sur votre site, vos prix restent abordables comme vous l’avez souligner sur les dessins animés japonais avec de belles trouvailles. Votre site est très intéressant 🙂

      Merci pour vos informations complémentaires 🙂

      Bonne journée à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s