Après l’énorme succès de l’exposition Animétro, la Millesime Gallery réitère l’expérience visuelle avec l’exposition du photographe Bruno Lefevre « Vue d’en haut » depuis le 22 mai sur le thème des escaliers d’immeubles à Paris.

Grâce à sa rencontre avec Winnie Denker en 1989, le photographe se découvre une passion de la photographie en travaillant avec l’ancêtre des appareils photographies : une chambre 20X25. De là naît, son apprentissage avec le grand format argentique en compagnie de cette grande professionnelle de la photographie. Obtenant son premier appareil photo reflex en main, il saisit ses premiers instants, il voyage, il rencontre et questionne avec ses clichés qui ravivent sa mémoire. Puis en 2008, il passe au numérique avec lequel il transmute la lumière et modifie la réalité pour rendre une image subjectivement belle.

En 2010, il expose une série de photographies autour de la centrale nucléaire de Belleville en Bourgogne après avoir visionné un documentaire édifiant sur l’accident de Tchernobyl. Un lieu rempli de béton capable de tout réduire en poussière à n’importe quel moment. Et pourtant, la nature et la lumière offrent à cet élément, le plus bel écrin, au photographe, d’en montrer la troublante beauté.

L’exposition « VUE D’EN HAUT » revient sur la définition de l’escalier dont le principe est le mouvement vertical chez l’homme menant à une existence horizontale contrairement aux oiseaux qui peuvent traverser l’espace de haut en bas et de bas en haut. Cette sensation d’être au sommet des cieux et d’affirmer sa grandeur se retrouvent dans ces photographies rappelant l’architecture dans les cathédrales ou les gratte-ciels que nous aimons observer en hauteur pour apprécier leur beauté.

L’escalier est photographié à la fois comme un symbole d’ascension physique et spirituelle. Cette préférence vers le haut est sans doute une ambition au pouvoir, qui se caractérise par un oeil dominateur, capable de tout saisir d’en haut.

Les travaux du photographe se caractérisent par une succession de détails : marches, tapis d’escalier, chemins et passages. Par l’exemple d’un escalier tournant où la sobriété et l’élégance montrent un escalier en bois possédant une vue plongeante dégageant une véritable démonstration harmonieuse.

Au même titre que sa fonction principale, le photographe montre l’importance du choix des matériaux, car sa valeur et le raffinement de la construction symbolisent la situation matérielle comme la position sociale ou intellectuelle du promoteur. Le bois est le matériau le plus ancien utilisé pour la construction des escaliers. Au cours des siècles, menuisiers et ébénistes ont multiplié les types de finition en développant ainsi une œuvre artisanale superbe.

Conclusion

L’escalier est né du besoin des hommes de surmonter les niveaux entre les plans. Les photographies montrent l’acte simple que l’escalier nous permet d’accomplir : la montée et la descente. Les différentes prises de vue plongent le visiteur dans cet espace architectural. Le photographe étudie l’escalier sous toutes ses formes comme ont pu le faire les écrivains et les peintres en évoquant sa beauté, sa splendeur et son aisance. Quel que soit son style ou sa dimension, c’est un élément d’architecture qui a toujours fasciné les hommes. « VUE D’EN HAUT » se poursuit jusqu’au 26 juin 2014, après avoir vu cette exposition : vous ne regarderez plus vos escaliers de la même façon.

« VUE D’EN HAUT  » par Bruno Lefèvre

Jusqu’au 26 juin 2014

MILLESIME GALLERY

41, avenue de la Bourdonnais

75007 Paris

www.facebook/millesimegallery

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s