Depuis 2006, Daniel Arsham est présent au sein de la galerie Perrotin. « The Future Is Always Now » est la neuvième exposition personnelle de l’artiste new yorkais dans l’enceinte : cette nouvelle présentation expose une vingtaine d’oeuvres autour du thème de la musique.

Né à Oakland dans l’Ohio, Daniel Arsham a obtenu un diplôme à la Cooper Union en 2003. Ses œuvres ont été montrées dans de nombreuses galeries ( MoMA PS1 de New York, The Museum of Contemporary Art de Miami, Mills College Art Museum de Oakland en Californie). L’artiste a aussi collaboré avec le chorégraphe Merce Cunningham, le producteur Pharrell Williams et le designer Hedi Slimane.

Dans une première salle, des sculptures rongées par le temps sont exposées : une guitare, des microphones et des pneus accrochés au mur. Les pneus rappellent le besoin des artistes de sillonner les routes quotidiennement dans le cadre de leurs activités musicales (tournées). Quant à l’usure, elle fait penser aux  kilomètres effectués par le véhicule.

La musique se poursuit avec un objet de chant : le microphone. Le premier pourrait être présent dans un studio d’enregistrement et le second pour la présentation d’une émission radio animée par un speaker.

La seconde salle se compose d’objets réalisés avec des matériaux d’origine géologique : des fragments d’obsidienne pour un clavier et des fragments de quartz pour une guitare et un enregistreur.

S’ajoute à cela, une collection de platines vinyles écorchées par l’utilisation de son propriétaire probablement DJ à ses heures perdues. Ainsi qu’une guitare et un microphone usés par une utilisation quotidienne.

La troisième salle comprend des gouaches sur mylar représentant des objets vieillis par le temps : une cassette et un CD.

Cette idée de « son » est présente par une succession d’objets phares datant des années 80 avec le boom box et le baladeur cassette (walkman) accompagné de ses écouteurs.

Dans la pièce principale, une scène de concert est reconstituée avec des instruments qui rappellent la formation live d’un groupe : une batterie, une guitare, un synthétiseur et des enceintes. La scène rappelle fortement l’attente du public avant une performance où cette sensation de vide désertique se fait ressentir.

Pour couronner le tout, le sigle du compact disc envahit un mur. Inventé conjointement par les firmes Philips et Sony, cet objet est devenu le digne successeur de la cassette audio.

Pour voir l »intégralité des photographies de l’exposition , cliquez ici

Conclusion

« The Future is Always Now » de Daniel Arsham procure une nostalgie soudaine à la vue de certains objets. Le visiteur est devant une découverte archéologique où les instruments sont dégradés par le temps. L’artiste crée une confusion dans l’esprit du public, car les instruments sont toujours utilisés par les musiciens et d’autres renaissent de leurs cendres comme le Boombox et la cassette audio. Arsham défie la conception moderne et linéaire du temps et du sens de l’Histoire, à voir jusqu’au 26 juillet 2014.

The Future is Always Now

Jusqu’au 26 juillet 2014

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Galerie Perrotin

76, rue Turenne

75003 Paris

Entrée Libre

www.perrotin.com

En bonus, le clip du groupe N.E.R.D « Maybe « : un son qui me rappelle l’ambiance de l’exposition.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s