Pour lutter contre la mise en place de caisses automatiques qui menacent leurs emplois, les employés d’un Hard Discount créent clandestinement leur propre « Discount alternatif », en récupérant des produits qui auraient dû être gaspillés. Premier long métrage de Louis Julien Petit, Discount s’inscrit dans la lignée d’un cinéma social, militant et humaniste.

Auteur

En 2004, le réalisateur entre à l’ESRA. Lorsque qu’il débarque à Paris, il enchaîne les stages dans des boîtes de production et les cours du soir. À 21 ans, il réalise son premier court-métrage « Mes chers enfants » inspiré par sa famille avec Nicoletta, Didier Flamand et Olivier Baroux. Deux courts-métrages plus tard, il travaille pendant plus de dix ans comme assistant mise en scène sur une trentaine de longs-métrages, à la fois français et internationaux. Discount est son premier long métrage à l’âge de 30 ans.

Histoire

Pour rendre plus compétitif son magasin, une responsable d’un hard-discount (Zabou Breitman) décide de mettre en place des caisses automatiques au détriment de ses salariés. En refus, un groupe d’employés décident de récupérer les produits destinés à être jetés pour monter un commerce clandestin.

Critique

Pour sa distribution, le réalisateur a pris le soin de prendre des acteurs pour lesquels le spectateur entrera immédiatement en affection et en amitié avec les protagonistes. Corrine Masiero (Christiane) est connue pour son incroyable puissance de jeu, Sarah Suco (Emma) est l’alter ego de son homologue, car elle apporte une profondeur lors des scènes clefs du film. Quant à la performance de Olivier Barthélémy (Gilles), elle s’adapte parfaitement au film, il est à la fois charismatique et déterminé dans ses actions, il dégage une grande pudeur et une certaine fragilité par moment. Pascal Demolon apporte au personnage d’Alfred cette fragilité et ce côté drôle. M’barek Belkouk (Momo) est un grand enfant, il apporte cette bonne humeur à ses aînés.

Le réalisateur avait envie de faire un film sur les conséquences positives que peut engendrer la crise financière chez les gens, sur l’entraide et la solidarité qui peuvent en naître, avec des personnages qui prendraient leur destin en main. L’histoire d’Anne-Marie Costa a été déterminante pour le cinéaste. En 2011, son histoire avait défrayé la chronique. Caissière dans un hypermarché, elle avait été accusée de vol par sa hiérarchie pour avoir récupéré un ticket de promotion abandonné par un client. Il est allé à la recherche de cette dernière en Lorraine, à Homécourt. Il a appris qu’elle avait reçu un grand nombre de témoignages de soutien. De là, la personnalité de cette dernière a donné cette tonalité positive pour son projet. Le metteur en scène décide de filmer un récit où il montrera la révolte sociale de cinq employés d’un hard discount qui vont se battre à leur manière, face à la mise en place de caisses automatiques qui menacent leur emploi.

Initié par Gilles (Olivier Barthélémy), la rébellion sociale sera composée de Christiane (Corinne Masiero), Alfred (Pascal Demolon), Momo (M’Barek Belkouk) et Emma (Sarah Suco) qui s’unissent pour créer clandestinement leur magasin. Comme l’explique le réalisateur : «  On est à un point de non retour dans la déshumanisation de notre société ». Notre petite escouade va vendre des produits à prix cassés par le biais d’un discount alternatif : un moyen de payer leur futur prime de licenciement et de contrecarrer le système économique. Pour eux, récupérer des produits encore consommables mais destinés à être jeté, ce n’est pas un vol, mais plus un acte de résistance citoyenne. A travers ces « héros », le réalisateur dresse le portrait de « robin des bois » des temps modernes qui vont reprendre confiance en eux et se révéler auprès d’autres personnes.

Le spectateur découvrira à travers les personnages de Gilles, Christian, Emma, Momo, Alfred et la directrice de la grande surface incarnée par Zabou Breitman, des personnes fragiles dont certaines blessures personnelles pèsent sur leur existence. D’autres sont exténués par leur vie, mais ne se découragent pas, bien au contraire, ils ont le mérite d’avoir un certain courage qui les poussent à aller de l’avant comme le personnage de Gilles qui prend soin de son père, Christiane s’affaisse de nombreuses dettes, Alfred n’a presque pas de lien avec sa famille , Momo envoie de l’argent à son père tous les mois, mais n’a pas les moyens d’aller le voir en Algérie et Emma élève son fils seul. Tandis que Sofia (Zabou Breitman) administre son magasin d’une main de fer en tentant de gérer la pression de ses supérieurs.

À travers le parcours de nos protagonistes, le réalisateur dénonce le gaspillage alimentaire, sujet d’actualité et l’un des fléaux de notre société de consommation. Il profite aussi pour égratigner les conditions difficiles des employés dans les hard discount et les méthodes parfois draconiennes dans la grande distribution. Comme le chronométrage du temps d’encaissement ou du temps de pause pour aller aux toilettes, les fouilles au corps, les caméras de surveillance et le protocole strict à l’entrée et à la sortie des employés.

Conclusion

À la fois une comédie et un film militant, Discount s’inscrit dans la lignée des films de Ken Loach et de Stephen Frears. Le réalisateur dépeint une société avec des fissures, de la même manière qu’a pu l’être la société anglaise sous l’ère Thatcher. Premier projet de Louis Julien Petit, le cinéaste réussit à en faire une fable prônant la solidarité comme un antidote à la crise sociale. Il a su montrer cette résistance face aux humiliations, au mépris, grâce à la solidarité, l’humour et l’amitié. Avec Discount, le réalisateur pose de nombreuses questions en sensibilisant le spectateur sur les conditions de travail des employés et le gaspillage. Une comédie qui parvient à passer le tour sur les clichés grâce une écriture tempérée et une mise en scène soignée.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s