Collectionneuse de regards, chasseuse d’idées et mère à temps plein, Sandra Chevrier vit actuellement à Montréal au Québec. Ses compositions l’amènent à évoluer à travers un large faisceau d’énigmes émotionnelles et de concepts qui ont établi les standards de notre communication moderne. Elle expose son travail notamment au Canada, en Californie, au Royaume-Uni et en Asie. Une valse entre le réel et l’imaginaire, le vrai et le faux, je vous laisse découvrir cette jeune artiste autodidacte aux talents artistiques indéniables !

1) Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs

Vivant à Montréal au Québec. Je suis une collectionneuse de regards, une chasseuse d’idées et une mère célibataire à temps plein. Mon travail me permet de voyager et d’élargir une gamme de variation où les énigmes émotionnelles et les concepts ont établi la norme de notre communication moderne. Travaillant dans un home studio, je produis mon activité à temps plein, tout en poursuivant agressivement un fil conducteur jusqu’à ce qu’il soit porté, en me permettant d’aller vers une nouvelle voie.

1) Could you present yourself to our readers

Living in in Montreal, Quebec. I am a gaze collector, an idea chaser and a full time single mom. My work takes me traveling over a broad range of fluctuating emotional enigmas and concepts that have set the standard of our modern communication. Working in a home studio, I produce my work at a full-time scale, aggressively pursuing a common thread until it is worn away, leaving me to begin on a new path.

2) Pouvez-vous  présenter votre parcours en quelques phrases ?

On pourrait dire que je suis tombée dans le « monde de l’art », mais j’ai toujours eu de l’ambition. J’ai toujours créé, mais je me suis vraiment consacrée à ma carrière d’artiste les premiers mois qui ont suivi la naissance de mon fils, cela me convenait ainsi, donc j’ai persévéré. Le succès que je rencontre depuis ces dernières années m’est un peu tombé dessus comme ça, mais en même temps, il était justifié par mon évolution en tant qu’artiste et femme d’affaires.

2) Can you present your path in a few sentence?

One could say that I fell into ‘’the Art World’’ but not without intentions to succeed. Ive always been drawn into creation but on a more serious level I de- voted myself to making art my career during the first several months after my son was born, I found it worked for me so I continued. The success that I’ve had these past years kind of fell upon me overnight, but it was equally planned for progress as an artist and as a business woman.

3) Comment votre passion de l’art vous a-t-elle été transmise ?

L’art a toujours fait partie de ma vie. Enfant, pendant les réunions de famille, je préférais les travaux manuels avec ma tante aux parties de cartes. Au lycée, les professeurs me répétaient de ne pas dessiner sur les tables, et quand je voulais nier, on me répondait que j’étais la seule à savoir aussi bien dessiner ! J’ai donc commencé au crayon de papier, puis me suis tournée vers la peinture et d’autres matériaux. Pour moi, l’art n’est pas qu’un moyen d’expression, c’est un langage en lui-même. Au tout début, c’était un exutoire : je me servais de l’art pour me défouler, comme on utilise un journal. Lorsque j’ai commencé à « être une artiste », j’utilisais la créativité pour chasser mes démons; j’ai peint beaucoup d’autoportraits à cette époque. L’art est resté un moyen de m’exprimer, en mettant en lumière les obstacles que les femmes (et moi-même) rencontrent quotidiennement. Dans chacun de mes travaux, il y a une grande part de moi.

3) How was your passion for art pass on to you ?

Ive always been drawn into Art. When I was a child, in family parties, instead of playing cards with the rest of the family I would do crafts with my aunt. The in high school, teachers were asking me to stop drawing on desks, when I was trying to tell them ‘’it wasn’t me’’ then they would tell me I was the only student who could draw as well! So it started with graphite then I tried paint and different materials.To me Art is not only a way of expression it is a language in itself. At first,  it was a liberation of something that I was holding inside. I used it has a released just like you can use a journal. When I first started to ‘’be an artist’’, I used creativity to liberate my inner demons, at that time I did a lot of self portrait. It is still a way to express myself, by showing the struggles that women and so that  I go through everyday.  There is a lot of me in everything that I do.

4) Quelles sont les techniques que vous utilisez dans vos créations ?

J’utilise la peinture acrylique, l’aquarelle, le crayon, l’encre de Chine, les pastels, de la colle pour des collages, etc. Je cherche des visuels puissants dans mes Bd pour les utiliser en masque et je les garde de côté. Je commence par l’arrière plan , et le portrait suit de lui-même. Une fois que je suis satisfaite de la personne que je vais « masquer », j’entame le collage. (les images sélectionnées pour cette étape sont triées de façon très précise, la juxtaposition est également importante), cependant, durant ces derniers mois, j’ai exploité ces anciens travaux de village afin de tous les peindre à la main dorénavant. Ensuite, je reprends mon pinceau et travaille les détails (ombres et reflets, flous, etc) jusqu’à ce que la pièce soit achevée.

4) What are technique using for your creations ?

Acrylic, watercolor, graphite, china ink, pastels, collage. I search my comic books for powerful images to use as the mask and keep them aside. I first do the background and the portrait follows immediately. Once I am pleased with the person I am to be masking, I then begin the process of collage. (The images I choose for this part are selected very carefully, the juxtaposition of said images is equally important.) But for the past few months Ive been using these old collage studies to finally make them all hand painted. After this I again pick up my paintbrush and add the finer details – highlights, shadow, blending – until the work is complete.

5) Vous vous définissez comme une collectionneuse de regards et d’esprit. Pouvez-vous nous expliquer cette définition?

De façon générale, je suis une collectionneuse compulsive, dans le sens où ma maison ressemble à un musée! Je collectionne tout ce qui est vintage, original et unique, vêtements comme objets comme art. Alors, concernant mon travail, je fais de même, je collectionne les regards, les histoires et les émotions que les gens me transmettent à travers l’objectif. Une collection de plaisirs.

5) You define yourself as a collection of hunter looks and mind. Can you explain this definition ?

In general i am a crazy collector, meaning my home looks like a museum, i collect vintage, unique, particular objects, clothes, and Art. So when it comes to my work, i do the same, i collect gaze, stories, emotions that people shared with me trough a photo. A library of treasures.

6) Vos créations sont des valses entre le réel et l’imaginaire ? Comment avez-vous eu l’idée?

La créativité est le résultat des expériences et des progrès. C’est facile de mener une tâche répétitive quand on sait que cela fonctionne. En tentant d’autres choses et en échouant, on peut évoluer et créer quelque chose de vraiment nouveau et puissant.

6) Your creations are walzes between the real and imagination? How did you get the idea?

Creativity is the result of experimentation and evolution. It is easy to repeat something over and over because it was successful. By trying and making mistakes, one can evolve and create something new and powerful.

7) Dans votre série «Super Heroes Cages», vous posez un regard sur les femmes d’aujourd’hui en quête de liberté identitaire. Qu’avez- vous voulu montrer à travers cette série ? Que signifie t-elle pour vous ?

La série « Cages » parle des femmes qui veulent se libérer de la vision déformée de la société, de ce que devrait ou ne devrait pas être une femme.Ces femmes incarcérées dans des Cages de peinture tonitruante et imposante ou dans des bandes dessinées qui les dénaturent, symbolisent la lutte quotidienne de ces femmes à qui sont imposées ces faux préceptes de beauté et de perfection féminines. Elles montrent aussi les limites que la société superpose aux femmes, déformant la véritable beauté en enfermant ces femmes dans ces prisons identitaires. En agissant ainsi, la société exige des femmes qu’elles soient des super-héros.

On trouve également une certaine mélancolie dans ces visages, comme si ces femmes étaient victimes d’un sort qu’elles ne supportent pas. Comme des « esclaves ». Ces travaux sont une compilation de comics américains, qui véhiculent le divertissement. Voilà ce qu’est le but de cette série : une bataille quotidienne contre ce que nous impose la société et les attentes que nous nous infligeons nous-mêmes.

une bataille quotidienne contre ce que nous impose la société et les attentes que nous nous infligeons nous-mêmes.

Je suis toujours occupée d’une certaine façon : mère célibataire, femme d’affaires, artiste, travaux domestiques, rencontres, histoires de coeur… Cela fait beaucoup pour une personne. Nous nous surchargeons. Nous sommes tous esclaves de quelque chose. Et dans les comics, lorsqu’on dépasse le divertissement, les aventures et les « POW BING BAM », on découvre des super-héros fragiles. Par exemple, lorsque Superman perd contre Doomsday, la représentation de sa cape abîmée et clouée au sol, à l’image d’un drapeau en berne, lui confère une beauté intense et un pouvoir immense. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Nous sommes des humains : hommes et femmes, et nous portons par nature des erreurs et des imperfections.

7) In your serie « Super Heroes Cages », you look at women of today in search of freedom identity. What have you wanted to show though this serie and that it means to you ?

The series Cages is about women trying to find freedom from society’s twisted preconceptions of what a woman should or shouldn’t be. These women encased in cages of brash imposing paint or comic books that masks their very person symbolizes the struggle that women go through with having these false expectations of beauty and perfection. They also depict the limitations society places on women, corrupting what truly is beautiful by placing women in these prisons of identity.  By doing so, society is asking them to become superheroes.

There is also a certain melancholy in these different faces as if these women experienced a situation that they did not wish upon themselves. As if they were ‘slaves’.The works are an offset of American comics, synonymous to entertainment and fun. This is exactly the goal of the series – a daily struggle against that which is imposed by society and the very expectations we impose on ourselves.

a daily struggle against that which is imposed by society and the very expectations we impose on ourselves.

I keep myself busy in many ways; single mom, business woman, artist, the household, romance, errands. It puts a lot on one’s shoulders. We overwork ourselves. We are all slaves to something or of something. And in comic books, despite all the playfulness of the thing itself and all the “POW BING BAM,” superheroes are also fragile. For example when Superman loses his battle against Doomsday, the image of his red cape tattered and planted in the ground as a fallen flag has intense beauty and incredible power. This is just one example among many others. We are merely human men and women and we are entitled to the flaws and errors.

8) Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Mon planning pour les prochaines années est déjà plein à craquer, je pense pouvoir dire que je suis une femme chanceuse. Des expositions seule ou en collectif dans différents pays sur les différents continents, les États-Unis, l’Asie, l’Europe… Ma dernière exposition en solo s’est tenue cet été à Los Angeles, donc je vais bientôt me mettre au travail pour cette collection, en travaillant encore en parallèle sur un tas d’autres projets. J’exposerai également avec la COA Gallery dans Scope Miami en décembre.

8) What are the plans for the future ?

The next few years are already fully booked in the agenda, i might say I am a very lucky gal. Solos and group exhibitions in different country, USA/Asia/Europe/North America….My last solo was held in Los Angeles in summer so Im soon be be started my production for this, meanwhile working on tons of projects and also will be showing with COA Gallery in Scope Miami in December.

Pour suivre l’actualité de Sandra Chevrier

Site web : Sandra Chevrier

Facebook : Sandra Chevrier 

Instagram : Sandra Chevrier

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s