Excès et jeunesses éternelles, les artistes de soul, de rock et de blues continuent de fasciner le public depuis des années. Après les documentaires consacrés à Amy Winehouse et Kurt Cobain l’année dernière, c’est au tour de Janis Joplin d’ouvrir à nouveau le bal funeste du « club des 27 » avec le documentaire intitulé « Janis » réalisé par Amy Berg qui retrace avec brio la vie trépidante d’une étoile filante !

« Sa carrière a été éclipsée par sa mort prématurée, alors qu’elle a eu un véritable impact sur la musique et sur les femmes: elle nous a véritablement fait une place sur la scène rock » ( Amy Berg)

Le documentaire évoque les débuts de la chanteuse qui prend l’initiative de quitter son Texas natal pour la ville de San Francisco au début des années 1960 en imposant progressivement sa voix rocailleuse sur la scène soul et blues dont elle s’inspire de ses idoles ( Odetta, Leadbelly et Bessie Smith).

En 1966, son ami Chet Helms lui suggère de devenir la chanteuse de Big Brother & The Holding composé des guitaristes James Gurley et Sam Andrew, le bassiste Peter Albin et le batteur Dave Getz. Au sein du groupe Big Brother and the Holding, elle devient la révélation du festival pop de Monterey en 1967. Figure de proue, elle poursuit sa carrière en voyageant à travers les routes américaines et européennes. En 1970, elle décède prématurément à l’apogée de sa carrière pendant l’enregistrement de ce qui deviendra son album posthume « Pearl ».

Comme ses confrères (Amy et Cobain-Montage of Heck), le documentaire montre les failles d’une jeune artiste fragile qui n’avait jamais amnistiée les méchancetés de ses camarades de lycée et appréhendait plus que tout de « redescendre de scène ». La drogue et l’alcool ont fait partie du quotidien de la chanteuse qui a souvent replongé et essayé de décrocher à ses excès.

Originalité du documentaire, les pensées de Janis sont relayées à travers des lettres qu’elle a écrites à ses parents au fil de son ascension musicale dont la majorité sont dévoilées pour la première fois ( lues par la voix délicieuse de la chanteuse du groupe « Cat Power » Chan Marshall).

Par ce documentaire captivant, le public découvrira une nouvelle facette intime de l’artiste. Regroupant sept années d’images d’archives (photos, vidéos inédites, témoignages de proches) et des extraits de concerts de la chanteuse où les poils  s’hérisseront à l’écoute des tubes tels que « Cry Baby » et  « Summertime ». Amy Berg nous offre un portrait assez complet de cette chanteuse talentueuse qui a brûlé sa vie à seulement 27 ans !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s