Première réalisation de Tim Miller, Deadpool : l’antihéros le plus atypique de l’univers Marvel a bénéficié de l’instinct musical de Junkie XL alias Tom Holkenborg pour la création de sa bande son. Une sélection qui plongera l’auditeur dans l’univers loufoque et décalé du film, zoom sur cette bande originale !

Nouveau projet de Junkie XL après 300 : la Naissance d’un Empire, Divergente et Mad Max : Fury Road, de son vrai nom Tom Holkenborg, néerlandais d’origine a été choisi pour signer la bande originale de l’un des grands succès cinématographique de l’année 2016. Révélé en 1998 par le groupe de new wave «  Weekend at Waikiki » puis par quelques remixes, Junkie XL est de plus en plus présent au cinéma depuis l’adaptation du jeu vidéo « Dead or Alive » et sa collaboration avec la Warner. En effet, le studio a travaillé avec lui pour les besoins de « The Dark Knight Rises » et « Man of Steel », avant de lui confier les bandes originales des films : Night Run ou Batman v Superman (aux côtés d’Hans Zimmer).

1. Angel Of The Morning – Juice Newton
2. Maximum Effort – Junkie Xl, Tom Holkenborg
3. Small Disruption – Junkie Xl, Tom Holkenborg
4. Shoop – Salt’N’Pepa
5. Twelve Bullets – Junkie Xl, Tom Holkenborg
6. Man In A Red Suit – Junkie Xl, Tom Holkenborg
7. Liam Neeson Nightmares – Junkie Xl, Tom Holkenborg
8. Calendar Girl – Neil Sedaka
9. The Punch Bowl – Junkie Xl, Tom Holkenborg
10. Back To Life – Junkie Xl, Tom Holkenborg
11. Everytime I See Her – Junkie Xl, Tom Holkenborg
12. Deadpool Rap – Teamheadkick
13. Easy Angel – Junkie Xl, Tom Holkenborg
14. Scrap Yard – Junkie Xl, Tom Holkenborg
15. This Place Looks Sanitary – Junkie Xl, Tom Holkenborg
16. Watership Down – Junkie Xl, Tom Holkenborg
17. X Gon’ Give It To Ya – DMX
18. Going Commando – Junkie Xl, Tom Holkenborg
19. Let’s Try To Kill Each Other – Junkie Xl, Tom Holkenborg
20. Stupider When You Say It – Junkie Xl, Tom Holkenborg
21. Four Or Five Moments – Junkie Xl, Tom Holkenborg
22. A Face I Would Sit On – Junkie Xl, Tom Holkenborg
23. Careless Whisper – George Michael

Les salles obscures ont connues un véritable raz de marrée lors de la sortie de Deadpool en février dernier. Pour ceux qui ont eu l’idée d’aller au cinéma, ils ont découvert une bande originale signée Junkie XL.

Ajoutant volontairement une dose d’incongruité dans son saupoudrage musical, Junkie XL atteint des sommets d’éclectisme avec cette bande son. Faisant partie intégrante de l’histoire, elle fait corps avec le film, le choix de tel ou tel genre musical reste assez cohérent avec l’univers « fanfaron » de notre anti héros.

Avec Deadpool, Junkie XL ose l’inattendu. Et ça marche, il réhabilite le morceau « Calendar Girl «  de Neil Sadaka, classique des années 60 ou « Back to Life » de Soul II Soul, formation britannique des années 80  ! Le compositeur choisit des morceaux pour le seul plaisir de les remettre au goût du jour comme les pistes « The Punch Powl «  de Seth Lakerman ou le célèbre « Shoop » de Salt n Pepa.

A travers ses choix musicaux, il sait que chacun d’entre eux possèdent une sorte d’ADN que les mélomanes pourront attribuer à Deadpool.

Ainsi, Georges Michael magnifie la fin de la bande son avec « Careless Whisper « . Et puis évidement, perle parmi les perles, « Angel of the Morning » de Juice Newton nous plonge immédiatement dans l’univers « déchanté » de notre héros.

Un disque qui ne saurait faire sens pour ceux qui n’auraient pas vu le film. Et il est préférable de souligner que la bande originale réserve d’autres surprises musicales à découvrir !

Merci à Milan Records

3 commentaires

  1. Je pense que de manière globale une musique de film est complètement comprise justement si le film est vu. Certes un compositeur doit créer une émotion qui fera sens à celui qui écoute mais le travail est très différent pour une musique de film qui doit accompagner le récit. Après je me trompe peut-être n’étant pas mélomane.

    1. Je ne pense pas que tu te trompes, ton avis est très intéressant ! Ca m’est déjà arrivé d’écouter une BO sans avoir vu le film. Grâce aux titres des chansons, j’ai essayé d’imaginer des situations comme pour les BO de Tarantion qui sont de bels exemples . On a plusieurs exemples où les compositeurs ont composé sans voir le film : Ennio Morricone avec Sergio Leone ou plus récemment les Daft Punk pour Tron.

      1. Pour l’anecdote sur Morricone et Daft Punk je ne savais pas du tout, mais là ce sont des compositeurs tellement connus et influents qu’ils vont jusqu’à faire vivre le film, ils sont un atout commercial. Mais ça me fera écouter différemment certaines BO du coup…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s