La Galerie Perrotin présente jusqu’au 23 décembre, la 12ème exposition personnelle de l’artiste plasticien japonais Takashi Murakami. Reparties dans les trois espaces, plus de 40 œuvres récentes jusqu’ici jamais exposées ont été spécialement réunies pour cette occasion.

L’artiste associe les techniques les plus modernes à la précision et la virtuosité de l’art traditionnel japonais. Inspiré des cultures manga et kawai, son monde est peuplé de personnages monstrueux et charmants, descendants facétieux des mythes passés. Sa théorie de l’esthétique Superflat qu’il introduit en 2001, tente de brouiller les frontières entre art populaire et grand art, elle étudie l’évolution de la condition du Japon Post Hiroshima, ainsi que les liens entre l’avant garde, manga, animé et leurs prédécesseurs.

Murakami est devenu l’un des artistes contemporains majeurs, et son travail a été présenté à l’occasion de nombreuses expositions personnelles dans des musées ou des institutions comme le château de Versailles.

Durant l’exposition, vous découvrirez plusieurs motifs et personnages qui ont défini l’art de Murakami depuis les vingt dernières années. Par l’exemple du crâne, image qui a toujours fait partie de l’iconographie et de l’univers de plasticien symbolisant l’impermanence de nos vies, comme le bouddhisme ou dans la tradition occidentale des vanités.

De plus, l’exposition présente également une sélection de peintures de la série Enso. Le sujet de ces nouvelles peintures est un des motifs les plus célèbres dans la peinture zen, l’Enso ( littéralement, cercle) symbolise le vide, l’unité et l’infini dans le bouddhisme zen, tout en étant une forme de méditation. Les motifs abstraits dans les peintures de Murakami qui composent parfois l’oeuvre entière, combinent des visions hypnotiques de phénomènes cosmiques.

De nombreuses œuvres auront pour thème les arhats, elles représentent les 500 disciples clairvoyants de Bouddha qui ont atteint l’illumination en dépensant cupidité, haine et illusions, détruisant leur résidu karmique d’existences antérieures. Pour l’occasion, l’artiste a créé une sculpture animée à son effigie.

En outre, les visiteurs remarqueront les apparitions fréquentes du célèbre alter ego de Murakami, Mr DOB, à la personnalité ambivalente, tantôt aimable, tantôt féroce, dans différents contextes, semblant se métamorphoser à son gré. Un indice ? Regardez les personnages qui ont des inscriptions sur les oreilles 🙂

Enfin, vous pourrez voir une peinture monumentale composée de plusieurs panneaux conçus comme une anthologie des thèmes emblématiques de la cosmologie de Murakami allant des pandas aux animaux mythologiques, lion, éléphant, tigre, chèvre, etc.

Takashi Murakami

« Learning the Magic of Painting »

Galerie Perrotin

76, rue de Turenne

75003 Paris

Entre libre

 

5 commentaires

  1. Ouh un bien bel article sur un artiste que j’apprécie énormément! Ses oeuvres sont tellement lumineuses avec toutefois un message, c’est passionnant!
    Merci de nous faire voyager quelques minutes dans cet exposition 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s